L’Apocalypse Joyeuse est une compagnie de spectacle vivant et de démocratisation culturelle qui cherche à entrechoquer le réel avec la littérature, avec l’histoire de l’art, avec l’image. Ces confrontations de différents médiums sont le fruit de la rencontre, au festival d’Avignon, des deux membres co-fondateurs Maëva Guillemet, historienne d’art et médiatrice culturelle, et Gaspard Liberelle, comédien, auteur et metteur en scène. Respectivement issu·e·s de l’école du Louvre et de l’école de la Comédie de Saint-Etienne, ils·elles travaillent depuis 2014 à l’entrecroisement de leurs compétences, de leur approche, de leurs horizons. L’action artistique et la forme spectaculaire, dès lors, ne sont plus considérées comme deux éléments séparés mais comme les faces d’une même pièce à faire tournoyer.

Au fil des créations, L’Apocalypse Joyeuse est rejointe par d’autres artistes, d’autres technicien·ne·s, médiateur·rice·s ou administrateur·rice·s :

ELSE 1924 : Evelyne Hotier, comédienne issue de l’École Nationale Supérieure d’Arts et Techniques du Théâtre ; Diane Lentin, photographe, cinéaste et projectionniste issue de l’École d’Art et de Design de Saint-Etienne.

À l’intérieur : Nos paysages : Fantin Curtet, cinéaste et comédien issu du Conservatoire de Grenoble ; Maureen Gauthier, chargée de production, d’administration et de communication.

Prendre corps : Nathalie Roux, institutrice et directrice de l’école de Vebron ainsi que les élèves de sa classe.

Il est nuit : Manon Raffaelli et Simon Pineau, comédien·ne·s issu·e·s de l’école de la Comédie de Saint-Etienne.

Depuis les décombres : Loup Uberto, poète, chanteur et musicien.